BHOUTAN_Buddhist-Monks-from-Bhutan 720x

Le Bhoutan oriental

Par le passé, l’est du Bhoutan était constitué de multiples petits royaumes et figurait sur la route du commerce reliant le Tibet à l’Inde. Aujourd’hui, bien que peu fréquentée par les visiteurs, cette région n’en est pas moins peuplée. La région de Lhuntsé, située au nord-est de Bumthang, est étroitement liée à Bumthang par la langue et les relations familiales. D’altitude moins élevée (1600 m à 2500 m), le riz et le maïs y poussent, mais la région est connue surtout pour sa production de tissus ornés de dessins d’une extrême complexité tant symbolique que technique.

Les régions de Mongar, Trashigang et la partie méridionale du pays jusqu’à Samdrup-Jongkhar à la frontière indienne forment l’est du Bhoutan. C’est d’ailleurs dans cette partie du pays que se situe la deuxième plus grande ville : Trashigang.

Le climat y est en général plus chaud et plus sec, la forêt moins importante et l’altitude moindre que dans l’ouest.

Les champs et les habitations sont la plupart du temps situés le long de pentes dénudées. Le riz, le blé poussent, mais le maïs est la culture la plus importante.

La plupart des habitations sont construites selon l’architecture bhoutanaise traditionnelle, mais certaines maisons, dans des régions reculées, possèdent encore des parois faites en nattes de bambou et sont érigées sur pilotis, détails qui rappellent la proximité du Bhoutan avec l’Asie du Sud-Est.

Les « Sharchopas », les gens de l’Est, possèdent leur propre dialecte et sont réputés pour leur dévotion religieuse. De nombreux petits temples où habitent des gomchen, religieux vivant avec leur famille hors de toute communauté monastique, parsèment toute cette région.

Les femmes tissent de somptueuses étoffes en soie sauvage et en coton sur un métier à sangle dorsale.

Situé sur un plateau presque au sommet d’une montagne, Dramitsé est le plus grand monastère du Bhoutan de l’Est et propriété d’État. Fondé en 1511 par la nonne Choeden Zangmo, l’arrière-petite-fille de Péma Lingpa. Elle s’était enfuie du Bumthang pour ne pas devoir épouser Kuenthub, le seigneur de Choekhor. Il fut donc le monastère le plus important du Bhoutan de l’Est, où les enseignements de Péma Lingpa étaient parfaitement transmis. C’est ici que Kunga Nyingpo, un parent de Choeden Zangmo, eut sa vision de la célèbre danse des « Tambourineurs de Dramitsé » qui allait devenir la danse emblématique du Bhoutan. En 2005, cette dernière a d’ailleurs été déclarée « héritage immatériel du patrimoine mondial » de l’UNESCO.

Un festival de danses religieuses (Tshechu) a lieu à l’automne au 10e mois lunaire bhoutanais.

Trashigang, bâtie à 1200 m sur un promontoire, est le district le plus peuplé et la deuxième ville du Bhoutan. Il y règne une atmosphère particulière, et cela en fait une des agglomérations les plus agréables du pays. Le climat doux et les bougainvilliers contribuent sûrement à cette atmosphère : les gens devisent sur le pas de leur porte ou jouent aukaram, une sorte de palet, devant leurs échoppes; les femmes ourdissent au milieu de la rue; les bistrots sont pleins jusqu’à une heure avancée pour le Bhoutan; les gens des vallées de Merak et Sakteng déambulent, leur drôle de petit chapeau fait de poils de yak vissé sur la tête; tout le monde assiste à l’arrivée des voitures et des bus le soir sur la petite place au centre de la ville.

Le dzong Trashigang est perché à l’extrémité de l’éperon et domine la rivière de plus de 400 mètres. Contrairement à la plupart des dzong, il ne possède qu’une seule cour. C’est le chef-lieu de district, et l’administration ainsi que la communauté monastique drukpa occupent le dzong. Il comprend sept temples et un goenkhang.

Il faut compter une journée de route pour atteindre Gom Kora et Chorten Kora.

Gom Kora, établi dans la seconde moitié du XVIIe siècle, est appuyé à un énorme rocher noir et est entouré de rizières et de bosquets de bananiers. Il fut un lieu de méditation de Guru Rinpoché. Il est renommé pour son festival du 2e mois lunaire bhoutanais qui attire les gens de la région, mais également des fidèles de la ville de Tawang en Inde.

Chorten Kora, de style népalais, est entièrement blanchi à la chaux, dont Guru Rinpoché aurait prédit la fondation.

Les incontournables du Bhoutan oriental

  • Plonger au cœur de la culture du pays et explorer ses multiples facettes lors d’une rencontre avec les Sharchopas, les « gens de l’Est ».
  • Effectuer un pèlerinage bouddhiste, à Gom Kora ou au dzong de Singe, lieux sacrés qui accueillent chaque année des centaines de dévots.
  • Admirer la beauté dramatique des paysages : creusée à même la roche, la route surplombe des falaises abruptes pour le plus grand plaisir des voyageurs qui découvrent un paysage inexploré.
  • Accroché à un éperon rocheux, le petit dzong de Lhunsté surprend par son incroyable situation.
  • Visiter le monastère de Dramitsé, le plus grand monastère du Bhoutan de l’Est. Niché dans un paysage sublime, c’est là qu’en 1511, Kunga Nyingpo eut la vision de la fameuse « danse des Tambourineurs de Dramitsé ».

Itinéraires suggérés et promotions [+]

À lire également

Retour en haut