BHOUTAN_IMG_0027-2

Trekking au Bhoutan

La logistique et l’organisation sont donc au Bhoutan, au contraire du Népal, assez complexes et à ne pas sous-estimer. Cependant, si l’on veut marcher sur des chemins où on ne rencontrera pas un Occidental tous les 100 mètres et traverser des paysages réellement sauvages, c’est au Bhoutan qu’il faut venir.

De fin février à fin avril, les rhododendrons en fleurs colorent les vallées et forêts traversées. Vient ensuite le tour des sublimes magnolias. À cette saison, en altitude moyenne, les températures sont agréables, le temps est généralement dégagé le matin, puis les après-midi se couvrent et des orages peuvent éclater sur les hauts sommets. L’automne qui s’étire d’octobre à décembre offre les plus beaux panoramas : le temps est clair et les nuits sont fraîches en altitude.

Druk Path trek

Un trek de courte durée, sans difficulté majeure, menant de Paro à Thimphu. Le sentier passe par le monastère de Phajoding et avoisine plusieurs lacs de montagne à 4000 mètres. Les rhododendrons sont en fleurs en mai et par temps dégagé, la vue sur le Grand Himalaya est sublime. Peut se faire en toute saison mais est recommandé d’octobre à fin mai.

Ha trek

La vallée de Ha est très intéressante au point de vue botanique et offre de beaux panoramas sur l’Himalaya.

Bumthang trek

Parfait pour des marcheurs moyens car l’altitude ne dépasse pas 3400 mètres. Le trek traverse de nombreux villages et la campagne de Bumthang permet un contact exceptionnel avec la vie rurale. Recommandé en octobre et novembre, mais aussi de février à mai.

Il peut être rallongé jusqu’au dzong de Lhuntsé.

D’AUTRES TREKS PLUS LONGS SONT ÉGALEMENT POSSIBLES : GANGTÉ GOMPA TREK, PUNAKHA TREK & SAMTENGANG TREK, JOMOLHARO TREK, LAYA TREK…

Notez bien que…
  • Le climat est sensiblement différent de celui du Népal, beaucoup plus venté, humide et froid. Les changements de temps sont spectaculaires, mais lorsque le mauvais temps s’installe, cela peut être pour plusieurs jours – les vallées sont étroites.
  • L’altitude de départ est en général plus élevée de 1000 mètres qu’au Népal, un facteur qu’il ne faut pas négliger.
  • Le pays est très peu peuplé, il n’y a pas de carte de trekking vraiment détaillée et les chemins ne sont que mal signalés.
  • La rareté des habitations implique qu’on ne trouve pas à se loger et qu’il faut emporter sa nourriture pour plusieurs jours.
  • On ne trouve pas de porteurs. Les paysans ont assez à faire chez eux et ils n’ont pas besoin de se louer comme porteurs pour vivre. Ils ne veulent pas quitter leurs champs aux saisons où ils sont les plus occupés, le printemps et l’automne, qui se trouvent justement être les saisons de trekking.
  • Certaines personnes louent leurs chevaux ou leurs yaks comme bêtes de somme. Toutefois, ils peuvent être en retard, très en retard, ou avoir oublié le rendez-vous!
  • Enfin, les possibilités d’évacuation sont très restreintes et peuvent prendre du temps, car le Bhoutan doit pouvoir utiliser le seul hélicoptère qu’il possède pour l’instant et bien sûr, ce dernier ne vole que par temps serein.

Itinéraires suggérés et promotions [+]

À lire également

Retour en haut