Bhoutan_mask dance ©TCB720x

Tshechus, danses et musique

TSHECHU – Fêtes – festivals

Les fêtes religieuses sont très nombreuses et sont des rituels. Elles portent différents noms selon leurs types, les plus connues étant les Tshechu qui sont des fêtes en l’honneur de Guru Rinpoché. Elles commémorent un de ses hauts faits qui auraient tous eu lieu un dixième jour, ce qui est la signification du mot tshechu, bien que tous les Tshechu ne se tiennent pas, dans la pratique, un dixième jour. Tous les dzong chefs-lieux de district et un grand nombre de villages, surtout dans l’est, ont un Tshechu annuel qui attire les paysans des environs.

Les Tshechu ont lieu plusieurs jours d’affilée, entre trois et cinq jours selon les endroits, pendant lesquels ont lieu des danses bien déterminées à contenu religieux. Elles sont exécutées soit par des moines, soit par des laïcs, soit par desgomchen et leur répertoire est pratiquement partout le même. Certains Tshechuse terminent par la vénération d’une immense thangka en applique qui représente Guru Rinpoché et ses Huit Manifestations.

Bhoutan_festival mix 2 720

Certaines fêtes se terminent par un wang, une bénédiction verbale collective donnée par un religieux. Parfois, le wang est appelé mewang ce qui veut dire « bénédiction par le feu », et les participants sautent par-dessus un feu qui brûle leurs impuretés de l’année.

Dans certains dzong importants, deux grandes fêtes ont lieu annuellement : une Dromchoe qui comprend généralement des danses et qui est dédiée à Gompo (Mahakala) ou Palden Lhamo (Mahakali), les grandes divinités protectrices des Drukpa, et un Tshechu dédié à Guru Rinpoché. La Dromchoe de Punakha qui a lieu le premier mois de l’année lunaire, se termine par une Serda, une procession superbe pendant laquelle est rejoué un épisode de la guerre contre les Tibétains au 17e siècle, et est suivie depuis 2005 par un Tshcechu.

Danses

Les danses religieuses sont appelées cham et sont fort nombreuses. Les danseurs portent des costumes spectaculaires faits de soie jaune ou de brocart chamarré, ou décoré d’ornements en os ciselé. Pour certaines danses, ils doivent porter des masques qui peuvent représenter des animaux, des divinités terribles, des squelettes, des manifestations de Guru Rinpoché ou simplement des humains.

Musique

musique

La musique religieuse, comme les danses, reflète une forte influence tibétaine. Les instruments de musique sont les grandes trompes (dungchen), le haut bois (gyaling), le tambour sur cadre à deux peaux et à baguette courbe (i), les cymbales à mouvement vertical (rolmo) ou horizontal (silnyen), la trompe faite dans un fémur (kangling), la conque (dungkar). S’y ajoutent le petit tambour à boules fouettantes (damaru) et la clochette (drilbu). La musique rythme les danses et les cérémonies religieuses pendant lesquelles elle ponctue les textes chantés ou récités. Alors que les cymbales « donnent le ton » dans l’orchestre, le son des grandes trompes indique la fin d’une danse.

Itinéraires suggérés et promotions [+]

À lire également

Retour en haut